Regard sur Incendies

Archive for mai 2009

Requiem au sixième

Posted by anaïs sur 28 mai 2009

Amman

Dehors les lumières de la ville sur Amman qui s’épuise. Fin de journée.

Au sixième étage de l’Hôtel Belle Vue, en reflets dans la vitre en cinémascope, une dizaine de silhouettes figées dans l’espace, suspendues aux bribes du récit incendiaire. On regarde les rushes.

Silences et murmures. Miettes de peur, de désirs et de plaisirs délicieusement en suspens dans l’air du lounge climatisé.

Au loin des feux d’artifices. Le muezzin s’éveille.

À chacun sa messe.

Posted in équipe, général, photos | 1 Comment »

L’homme sous l’arbre

Posted by anaïs sur 26 mai 2009

Parmi les 160 figurants, il y avait un homme. Entre chaque prise, il se réfugiait à l’ombre d’un arbre et regardait la scène, le regard errant d’un bord à l’autre de la catastrophe.

Après un temps, il ramassait une marguerite et la plumait, doucement. Longtemps. Même petit rituel entre chaque prise. C’est tout. Une façon peut-être de survivre au souvenir.

Je me suis rappelée Boris Cyrulnik :

«La poésie est désuète pour ceux qui sont gavés, mais quand le réel est insupportable, elle prend la valeur d’une arme de survie. C’est celui qui parvient à se réfugier dans son monde intérieur qui résiste le mieux. Les poètes alors deviennent des surhommes. Ils se délectent de l’étonnement de survivre et sont avides de «pourquoi». C’est ainsi qu’ils échappent à la cruauté du lieu.»

L’homme sous l’arbre était un poète, peut-être.

Posted in général, rencontres | 9 Comments »

Funambule

Posted by anaïs sur 25 mai 2009

C’est aujourd’hui une journée en marge, une journée à côté, une journée en suspens, comme le silence d’une phrase musicale. Beaucoup de grandes et petites choses à raconter mais incapable de saisir les mots pour le faire, volatiles.

Étrange de frôler la guerre ainsi. De marcher en funambule entre le vrai et le faux. Aujourd’hui, je perds l’équilibre.

Checkpoint

Aujourd’hui encore, 160 figurants bloqués au checkpoint. 160 réfugiés irakiens desquels je butine les histoires d’exil, de chaos, de fin de vie. Entre deux «Action» criés au porte-voix, entre deux «Coupez » comme les têtes qui ont roulées, qu’ils me racontent le bébé à l’épaule et la sueur au front.

La réalité et la fiction s’embrassent et se confondent. Étourdissante valse. Tragique et grandiose. Aujourd’hui je perds l’équilibre.

Posted in général, photos | 4 Comments »

Abu Wael

Posted by anaïs sur 22 mai 2009

Abu Wael

Son nom est tatoué sur sa main de bédouin.

De ses yeux rieurs, il me traite de gourmande. Se demande ce que je vais faire de toutes ces images. Je filme depuis 5h30 ce matin. «Tu as encore faim, encore soif d’images ?»

La prière de l’après-midi résonne maintenant. Je suis presque rassasiée…

Posted in photos, rencontres | 2 Comments »

Déjeuner sur sable

Posted by anaïs sur 21 mai 2009

Decor

Il y avait un décor. Magnifique. On y avait posé des plantes sèches et de fins rideaux, fait brûlé des livres, accroché des vêtements pour qu’ils flottent au vent.

Et puis il y avait des chèvres, qui ont tout mangé.

Ainsi soit-il.

Posted in anecdotes, photos | 2 Comments »

Plonger dans le tableau

Posted by anaïs sur 20 mai 2009

Quand j’étais petite, j’ai vu Mary Poppins 156 fois. Pour une scène. Celle où elle et son amoureux ramoneur plongent dans un tableau dessiné à la craie. Un grand tableau, un paysage magnifique, avec un ciel géant, des montagnes rondes, des arbres déposés un peu partout, leurs ombres en amont. Et sous les arbres, les silhouettes de bergers, au repos, à l’abri dans l’immensité du tableau.

À un, deux, trois go, à pieds joints, ils sautent dedans. C’est un peu ça que je fais ici. Je suis, pour un moment, Mary Poppins.

Quand une scène de géant se déploie, dans toute sa grandeur, magnifiée par l’espace, par les humains animés marchant tous dans la direction du Cinéma, quand la nature devient plus grande parce qu’elle rencontre le septième art, quand au détour des montagnes dorées de blé défilent les exilés d’Incendies, leurs voitures chargées d’enfants, alors le tableau vivant s’offre à moi. Je plonge.

Exil-1

Je traverse les foins jusqu’aux bergers qui observent la scène de loin. Penchés sous le soleil la faux à la main, tranchant le blé pour faire le pain. Je goûte le thé brûlant de leur pause et écoute le chant des femmes au repos. Je suis dans le tableau. M’y installerais pour de bon.

Plus bas, sur le chemin découpé à flan de colline, les voitures s’enlignent. On fuit la guerre, celle du film. Les enfants entassés dans les coffres s’entraînent à ne pas sourire. On leur explique qu’il y a urgence, qu’ils quittent leur maison : les villages brûlent.

Exil-2

À « Action ! » la guerre existe. Et moi, à l’ombre d’un arbre, au milieu du tableau, je cueille la scène à travers le regard du bédouin au repos. Merci la vie.

Posted in général, photos | 1 Comment »

El Tannan (en arabe) – Le colibri

Posted by anaïs sur 16 mai 2009

(ou Denis Villeneuve en ébullition)

Denis Villeneuve

Il a les yeux en lune et l’éclat pris dedans.

Ça fourmille autour de lui : on réinvente la guerre en tableau. Maintenant. Des tanks des cris puis le lancer d’un récit à orchestrer. Le colibri s’anime.

L’aile en feu, le coeur en ébullition, il fait les cent pas. Au milieu de la rue, parmi la dizaine de figurants, le colibri cogite. Il marche vite et dans tous les sens en même temps, les idées en berne. Étincelles.

Moi, tant bien que mal, je le suis. Deux possibilités : un cadre fixe qu’il traverse ou une caméra volante, qui le poursuit. Je dois archiver l’alchimie d’un plan, d’une scène.

Quand le colibri s’agite, une scène en concoction, ma petite caméra s’échauffe et moi derrière, tentant tant bien que mal de saisir l’animal. Puis, les idées trouvent leur place, le chaos s’orchestre, le récit prend vie. Majestueusement, finalement.

Et l’oiseau se pose un temps, jusqu’à la prochaine scène.

Il trouvera plus tard le temps de douter. Ça rassure un tel oiseau qui doute. Chapeau Villeneuve.

Le reste du petit bestiaire incendiaire suivra…

Posted in équipe, langue arabe, photos | 3 Comments »

Pour ça aussi.

Posted by anaïs sur 15 mai 2009

Jour 1. Brûlant.

Entre les tanks aux grasses chenilles soigneusement patinés par l’équipe des décors et les cris des manifestants, tous déracinés de l’Irak, réfugiés temporaires en attente de visa qui se prêtent au jeu le temps d’une scène…

Figurantes irakiennes, entre deux prises.

Figurantes irakiennes, entre deux prises.

«Juste le son. Juste le son des tanks me fait mal au ventre.» dit une jeune femme entre deux «Action !». «Ça me rappelle trop là-bas, trop chez moi.» Où elle ne retournera pas.

En 2006, elle est devenue réfugiée. Drôle d’identité. Réfugiée, voilà. Et pour la journée, sous son costume des années 70, elle est figurante en colère. Elle pensait que ça ferait changement. Mais non.

Troublante tranche d’histoire dans l’histoire. C’est pour ça aussi qu’on fait des films.

Posted in photos, rencontres | 2 Comments »

Début d’Incendies

Posted by anaïs sur 12 mai 2009

Je suis présentement en Jordanie pour réaliser un documentaire suivant la création du long métrage Incendies de Denis Villeneuve. Je vous invite donc à visiter ce blogue régulièrement pour prendre des nouvelles de la production en cours et découvrir la richesse des échanges provoqués par cette rencontre entre le Québec et le monde arabe.

À la frontière de la Jordanie se trouve également un pays qui depuis longtemps m’habite : la Palestine. J’ai séjourné en Palestine à plusieurs reprises. Mon prochain long métrage s’y enracine. Il y a quelques semaines, je suis donc retournée quelques temps en Terre sainte, plonger dans les abysses de l’occupation et de son quotidien. Mes premiers carnets (que vous retrouverez plus bas) prennent donc vie à Naplouse, Palestine.

En espérant que le voyage vous confronte, vous envoûte, vous dérange, vous enflamme.

Anaïs

Posted in général | 1 Comment »